Actualités de la médiation du 10 octobre 2017

L’actualité internationale de la médiation vous est proposée par le Groupement européen des magistrats pour la médiation (GEMME) et la Conférence internationale de la médiation pour la Justice (CIMJ)

Déclaration institutionnelle de GEMME-Espagne concernant la situation en Catalogne

logo gemme TRANSPARENT copieHier à l’Assemblée annuelle de GEMME-Espagne, tenue à Madrid, a été approuvée à l’unanimité la déclaration institutionnelle suivante en ce qui concerne la situation actuelle en Catalogne.

La section espagnole du Groupe européen des magistrats pour la médiation (GEMME Espagne) compte parmi ses objectifs la promotion de l’utilisation de méthodes alternatives de règlement des différends et de promouvoir la culture des champs de dialogue.

La situation actuelle en Catalogne montre comment les conflits peuvent s’enraciner, s’amplifier et causer d’immenses fractures dans les relations personnelles et sociales, si le dialogue essentiel dans toutes les communautés est remplacé par le monologue à sens unique de chacune des parties qui, comme ici , nous conduit à une impasse.

Nous partons du respect scrupuleux du cadre constitutionnel et juridique en ce qui concerne les droits et les libertés des citoyens qui , dans ces temps de fracture sociale, doit offrir le temps nécessaire pour revenir à une coexistence pacifique et démocratique.

Nous appelons les gouvernements espagnol et catalan, dans le cadre de la légalité, à ouvrir des voies de dialogue conformes à leur engagement en faveur du règlement pacifique des conflits et de la coopération mutuelle, l’un des piliers de la « culture de la paix »  » promue par l’ONU.

« La possible médiation « , une réflexion de Pascual Ortuño sur la situation en Catalogne

Article photo iuris

Pascual Ortuño  est un magistrat de l’Audiencia de Barcelone et professeur de résolution alternative des conflits de la faculté de droit de l’Université Pompeu Fabra. Le 7 octobre, il publie dans EL PAIS un article intitulé «Médiation possible» dans lequel le magistrat réfléchit sur la difficulté de la médiation par rapport à la situation en Catalogne.

 » J’ai l’impression que le mot » médiation « est utilisé comme une arme à lancer et non comme un accord. Tous les deux l’invoquent pour essayer de prouver qu’ils ont toujours été pour le dialogue, alors qu’il est évident qu’ils ne l’ont jamais voulu. Ce que chaque côté veut, en substance, c’est d’obtenir la reddition de l’autre. Transféré à l’ heure actuelle, une solution proposée comme non négociable le respect de la loi (lex Doura, lege sed) et pour d’ autres , la seule solution est l’ indépendance, car il est trop tard pour une autre alternative.  »

Lire l’article complet .