La place de la médiation dans la politique judiciaire française

Vœux aux personnalités du monde judiciaire et aux parlementaires
Extrait du Discours de Jean-jacques URVOAS, garde des sceaux, ministre de la justice :

« Sur la prochaine législature, le ministère aura besoin d’un milliard de crédits supplémentaires. De la même manière, je crois que le mouvement engagé par J21 devra se poursuivre et se renforcer. Si notre société sera de plus en plus régulée par le droit, je suis persuadé que la norme sociale sera moins édictée, mais plus négociée.
Ce qui veut dire qu’une place plus conséquente sera faite à la médiation, à la conciliation, à la transaction entre citoyens responsables et bien conseillés.

Le recours au juge deviendra plus subsidiaire, pour préserver la place éminente qui doit être la sienne, celle de trancher un conflit en disant le droit et non pas de gérer des situations.

Si nous ne conduisons pas cet effort de définition des contentieux qui doivent continuer à relever du juge, je crains que ne s’impose la régulation la plus brutale, c’est-à-dire la régulation budgétaire.

Ce serait la pire des situations en raison de son aveugle brutalité.